Décision Google

Google n’aura pas à appliquer la loi européenne sur le « droit à l’oubli » au niveau mondial, a déclaré mardi la plus haute juridiction du continent dans une affaire historique qui a opposé le droit d’utilisateur à la liberté d’expression.

La victoire du géant américain de la technologie signifie que, s’il doit supprimer les liens vers des données personnelles sensibles dans ses résultats de recherche sur Internet en Europe lorsque cela est nécessaire, il ne doit pas les supprimer dans les recherches effectuées ailleurs dans le monde.

Cette affaire a été considérée comme un test décisif, à l’ère d’un internet qui ne connaît pas de frontières, pour savoir si les gens peuvent exiger la suppression totale des informations les concernant dans les recherches sans étouffer la liberté d’expression et l’intérêt public légitime.

Elle a également été considérée par les décideurs politiques et les entreprises du monde entier comme un test permettant de déterminer si l’Union européenne peut étendre ses lois au-delà de son propre territoire. Cette décision, qui s’applique à tous les moteurs de recherche, est une rare nouvelle positive pour les grandes entreprises technologiques qui font l’objet d’une surveillance officielle intense des deux côtés de l’Atlantique en raison de leur position dominante et de la collecte de vastes quantités de données.

Dans son arrêt, la Cour de justice de l’Union européenne a déclaré que le droit à la protection des données à caractère personnel n’était pas un droit absolu.

« L’équilibre entre le droit à la vie privée et à la protection des données personnelles, d’une part, et la liberté d’information des internautes, d’autre part, est susceptible de varier considérablement dans le monde », a-t-elle ajouté.

Google s’est félicité de cette décision, en déclarant : « Il est bon de voir que le tribunal a accepté nos arguments ».

Le principal moteur de recherche sur Internet a déjà mis en garde contre les dangers d’une pénétration excessive de l’Europe. Il y a deux ans, il a déclaré qu’il fallait trouver un équilibre entre les données personnelles sensibles et l’intérêt public et qu’aucun pays ne devait pouvoir imposer des règles aux citoyens d’un autre.

Le droit d’être oublié a été consacré par la même Cour européenne en 2014, lorsqu’elle a statué que les gens pouvaient demander aux moteurs de recherche comme Google de supprimer les informations inadéquates ou non pertinentes des résultats web apparaissant dans les recherches de leur nom.

Google, une unité d’Alphabet Inc, affirme avoir reçu depuis lors 845 501 demandes de suppression de liens, et supprimé 45 % des 3,3 millions de liens qu’il lui a été demandé de supprimer.

VIE PRIVÉE VS PAROLE

Le groupe de défense des droits Article 19, qui fait campagne pour la liberté d’expression et d’information, a applaudi la décision de mardi, dans laquelle les juges ont également déclaré que Google avait une certaine marge de manœuvre pour décider de supprimer des liens en raison de l’équilibre entre le droit à la vie privée et l’intérêt public.

« Les tribunaux ou les régulateurs de données au Royaume-Uni, en France ou en Allemagne ne devraient pas être en mesure de déterminer les résultats de recherche que les internautes en Amérique, en Inde ou en Argentine obtiennent », a déclaré l’article 19.

« Le tribunal a raison de déclarer que l’équilibre entre la vie privée et la liberté d’expression doit être pris en compte pour décider si des sites web doivent être retirés de la liste – et aussi de reconnaître que cet équilibre peut varier dans le monde ».

Mais Patrick V., président mondial de la pratique de protection des données, a déclaré que cela limiterait l’impact d’une application réussie du droit d’être oublié, car elle sera circonscrite aux recherches effectuées dans l’Union européenne.

« Cela pourrait évidemment être frustrant pour les personnes qui verront que des personnes hors d’Europe seront toujours en mesure de trouver les résultats de recherche retirés de la liste lorsqu’elles effectueront la même recherche sur Google à New York, Shanghai ou tout autre endroit dans le monde », a-t-il ajouté.

L’affaire est née en 2016 après que la CNIL, l’organisme français de protection de la vie privée, a infligé une amende de 100 000 euros à Google pour avoir refusé de retirer des informations sensibles des résultats de recherche à l’échelle mondiale sur demande.

Google a porté son combat devant le Conseil d’État français qui a ensuite demandé l’avis de la Cour européenne de justice.

Le Conseil a demandé séparément un avis après que la CNIL ait décidé de ne pas ordonner à Google de supprimer les liens des résultats de recherche sur Internet basés sur les noms de quatre personnes.

Il s’agissait notamment d’un photomontage satirique d’une femme politique, d’un article faisant référence à une personne en tant que responsable des relations publiques de l’Église de Scientologie, de la mise en examen d’un homme politique et de la condamnation d’une personne pour des agressions sexuelles sur des mineurs.

La CNIL a déclaré qu’elle se conformerait à l’arrêt de mardi.

Catégories : High Tech