Comment les transports futurs vont-ils changer nos villes ? Les voitures volantes sont peu probables. La mobilité urbaine sera davantage révolutionnée par le covoiturage, les véhicules autonomes et les routes intelligentes.

« Pendant 95 % du temps, les véhicules privés sont à l’arrêt dans des parkings, des embouteillages, voire garés au domicile des gens ». Un ingénieur et architecte estime que la solution réside dans les concepts de covoiturage, dont l’importance augmentera de manière exponentielle avec le nombre croissant de véhicules automatisés : « Partager une voiture peut remplacer dix à trente autres ». Est abordé notamment la question de savoir comment les futurs systèmes de transport vont modifier la vie urbaine. Prévoyez également un budget pour acheter un triporteur electrique.

Concept de transport durable

Les véhicules entièrement automatisés vont révolutionner le transport urbain : « Ils dissoudront le fossé entre le transport privé et le transport public. ‘Votre’ voiture pourra vous conduire au travail le matin, puis les membres de votre famille ou quelqu’un de votre communauté de médias sociaux pourront l’utiliser pour le reste de la journée. »

L’autopartage et les véhicules autonomes pourraient signifier moins de voitures et donc plus d’espace qui pourrait être affecté à d’autres usages. Et pas seulement sur les routes : « Pour chaque voiture en France, il y a environ trois places de stationnement – sans compter les places privées devant les maisons. Au total, cela représente environ 13 000 kilomètres carrés, ce qui correspond à une surface plus grande que la Corse. » Cet espace pourrait être utilisé pour des terrains de jeux ou du jardinage urbain – la créativité ne connaît aucune limite lorsqu’il s’agit de convertir de tels espaces libres.

L’internet des routes

Le projet « Smart Roads », qui doit être mis en œuvre sur plus de 2 500 kilomètres de routes en Italie, montre clairement que les routes vont bientôt commencer à « penser ». Il a été développé conjointement par une société d’infrastructure italienne et un cabinet de design et d’innovation. « L’objectif est d’améliorer la gestion du trafic et les conditions de sécurité sur les routes. Nous voulons placer une couche numérique sur l’infrastructure physique existante du réseau routier afin d’échanger efficacement des big data ».

Sur ces routes intelligentes, les drones surveilleront le trafic ainsi que les environs immédiats, et en cas d’urgence, ils pourront faire voler des kits de premiers secours sur un accident. Ce faisant, ils reçoivent l’aide de poteaux intelligents qui servent aux drones de stations de recharge, regroupent leurs informations et enregistrent des données environnementales comme la pollution atmosphérique, la vitesse du vent ou les changements météorologiques. Celles-ci sont ensuite transmises aux smartphones ou aux systèmes de navigation embarqués des conducteurs d’aujourd’hui et des véhicules autonomes de demain. Ils fournissent également aux conducteurs, en temps réel, des informations personnalisées concernant, par exemple, la situation du trafic ou les conditions routières à venir. L’étape suivante sur la voie d’un scénario d' »Internet des routes » consistera à relier ces données aux informations recueillies par les véhicules eux-mêmes. Un système wi-fi intégré aux poteaux permet à tous les usagers de la route de rester en ligne.

Devenir plus flexible

Les infrastructures ne subiront pas de changements essentiels. Ce qui, en revanche, changera radicalement, ce sont les zones et la vie urbaines : « Le monde numérique et le monde physique vont fusionner – une expérience totalement nouvelle de la ville. » Tout est question de flexibilité et d’orientation vers l’utilisateur.

La rue dynamique s’adapte à ses utilisateurs en temps réel grâce à un système IoT : « Une rue où les voitures automatisées circulent le matin, où les enfants jouent l’après-midi, et qui devient un terrain de base-ball le week-end », voilà comment Ratti décrit le concept. Les signaux lumineux servent de marquage pour les places de stationnement ou les voies de circulation. De cette façon, une voie supplémentaire peut être ajoutée par exemple à l’heure de pointe et disparaître le soir.

Une question de financement

Les nouvelles technologies s’accompagnent de défis : « Les véhicules autonomes pourraient conduire à un avantage concurrentiel injuste. Le coût du kilomètre parcouru pourrait baisser à tel point que les gens délaisseraient les transports publics au profit des voitures autonomes. » Le résultat serait le retour de plus de voitures dans nos rues et sur nos routes.

L’allégement pourrait prendre la forme d’une taxe sur la mobilité individuelle et de subventions aux transports publics. Cela soulève toutefois des questions complexes de financement : « Je vois des systèmes de tarification routière dynamique comme ceux de Singapour comme une source possible de revenus. Il s’agirait de stations payantes dans les zones à fort trafic. Grâce à des puces intégrées dans les véhicules, les conducteurs paieraient un péage qui varie en fonction de l’heure de la journée et du trafic. Les résultats sont positifs : moins d’embouteillages et une utilisation plus efficace des routes. D’une manière générale, il ne faut pas compter uniquement sur les voitures, mais combiner efficacement différents moyens de transport, comme les services de scooters électriques, les transports publics ou le partage de vélos électriques.

Ne décollez pas

Toutefois, les « taxis aériens » ou les « voitures volantes » ne jouent aucun rôle dans la vision de Ratti : « On les voit dans des films comme Metropolis ou Blade Runner et ils sont dans l’imagination des investisseurs, mais je pense que, même aujourd’hui, les voitures sur les routes sont dangereuses. Imaginez ce que ce serait dans les airs. À mon avis, nous devrions rester fermement au sol en matière de transport. »

Catégories : High Tech