L’imagerie médicale fait partie des découvertes révolutionnaires de ces dernières décennies. Aujourd’hui, les techniques d’imagerie médicale permettent de faire des analyses et des diagnostics précis en visualisant indirectement et sans risques l’anatomie, la physiologie et le métabolisme du corps humain. Les plus récentes découvertes dans ce domaine fournissent de nouveaux espoirs de traitements pour plusieurs maladies comme les épilepsies et le cancer. Découvrez ici différentes techniques d’imagerie médicale.

L’échographie

L’échographie est une des techniques les plus courantes d’imagerie médicale. Elle permet de visualiser la plupart des organes, mais plus spécialement les artères, les veines et les ligaments. Cette technique d’imagerie médicale se fait grâce aux ultrasons et ne requiert pas l’utilisation de rayons X.

L’échographie nécessite uniquement l’application d’un gel entre la peau et la sonde échographique. Elle permet, généralement, d’observer chez la femme enceinte le développement du fœtus. On peut également recourir à l’échographie dans le traitement des affections veineuses importantes, de l’ictère et des problèmes au niveau de la vésicule biliaire.

La radiographie

Elle a été découverte il y a plus d’un siècle et constitue la première déclinaison de l’imagerie médicale. La radiographie est une technique qui repose sur les rayons X. Ces derniers passent à travers le corps et fournissent un aperçu plus ou moins noir de l’organe observé.

En général, les os apparaissent en blanc sur les clichés de radiographie, et les autres organes comme les poumons apparaissent en noir. La radiographie est utilisée dans le traitement de plusieurs pathologies. On y fait recours pour dépister le cancer du sein, pour diagnostiquer l’occlusion intestinale, les fractures et les calculs urinaires.

Toutefois, le dispositif médical radiographique doit être bien réglé pour permettre au radiologue de faire son analyse en diffusant la dose appropriée de rayonnements ionisants aux patients. Le contrôle de ce réglage doit être fait à échéances régulières par un contrôle qualité en imagerie médicale.

L’imagerie par résonance magnétique (IRM)

L’imagerie par résonance magnétique est une version améliorée de la radiographie classique. Elle permet de visualiser des détails impossibles à visualiser grâce à la radiographie classique, le scanner ou l’échographie.

L’imagerie par résonance magnétique se sert des propriétés des champs magnétiques. Schématiquement, il s’agit d’un gros aimant qui fait vibrer les noyaux des tissus de l’organisme. Cet examen est très bruyant, mais a l’avantage de percer à jour des lésions ou des tumeurs indétectables par la radiographie classique.

Mieux, l’IRM ne met en jeu aucune irradiation. L’imagerie par résonance magnétique est utilisée pour les cas d’épilepsie, d’atteinte de la moelle épinière et de suspicion de sclérose en plaques. Cependant, cette technique est déconseillée en présence de prothèses, d’un pacemaker ou de corps étrangers contenant du fer.

Le scanner

Le scanner, encore appelé tomodensitométrie, est un examen, à l’instar de la radiographie classique, qui repose sur l’utilisation des rayons X. Il offre des images en coupe d’une partie de l’organisme ou du corps tout entier. Le scanner est généralement utilisé pour les traumatismes crâniens, les maladies pulmonaires ou pour apprécier la réponse de certains cancers aux traitements.

 

Catégories : Santé