En tant que forme d’union moins restrictive que le mariage, le PACS présente un certain nombre d’avantages. En fait, se pacser avantages offre la reconnaissance légale d’un couple, ainsi que la sécurité sociale pour le partenaire qui n’en a pas. En matière fiscale, les partenaires bénéficient des mêmes avantages que les couples mariés.

Il pourrait être utile pour les partenaires de rédiger un testament. Dans le cas contraire, en cas de décès, le partenaire restant ne sera pas pris en compte sur le plan successoral. Toutefois, s’il était couvert par l’assurance du défunt, il peut demander une pension de survivant. En ce qui concerne le régime matrimonial, chaque associé est propriétaire des biens qu’il a acquis. Sont considérés comme copropriétaires les biens meubles ou immeubles dont la propriété n’est pas claire.

Se pacser avantages : où et comment le faire ?

Pour conclure un PACS, rien de plus simple : il suffit de prendre rendez-vous à l’état civil de la ville de résidence avec une copie de votre pièce d’identité ou de votre passeport et une copie complète de votre acte de naissance. La convention de partenariat sera signée le jour même devant le greffier, puis transmise au parquet.

Le partenariat peut également être dissous à tout moment et unilatéralement. En d’autres termes, sans avoir à se justifier. Il n’y a pas de procédures complexes comme le cas d’un divorce pour dissoudre un PACS.

Se pacser avantages : ce qu’il faut savoir

Sur le lieu de travail, les partenaires en bénéficient :

  • Jours de congé en cas de décès d’un partenaire, de naissance ou d’adoption
  • Le droit d’assister à trois examens médicaux obligatoires si le partenaire est enceinte
  • L’employeur doit tenir compte des dates de vacances de l’autre partenaire
  • Si les deux partenaires travaillent pour la même entreprise, l’employeur doit autoriser les mêmes dates de vacances
  • Les fonctionnaires bénéficient de traitements préférentiels en matière de transfert d’emploi

Se pacser avantages : modification d’un contrat PACS

Il est également possible de modifier un contrat de PACS :

  • En personne au Tribunal d’Instance local
  • Par lettre recommandée

Les deux partenaires doivent s’entendre sur les modifications qui sont enregistrées sur le contrat original par un fonctionnaire du tribunal.

La procédure pour mettre fin à un PACS dépend du lieu d’enregistrement : tribunal d’instance, notaire, consulat ou ambassade. Il est mis fin à l’accord PACS :

  • Par le tribunal ou le notaire lors de la déclaration commune des partenaires
  • Par le décès ou le mariage de l’un des partenaires
  • A la demande d’un des associés du Tribunal d’Instance

Se pacser avantages : avantages et déclarations fiscales

Les partenaires peuvent bénéficier d’une déclaration fiscale commune sur leur revenu annuel disponible et ont des obligations similaires à celles des couples mariés. Le couple peut également être assujetti à l’Impôt sur la fortune qui est calculé en fonction du patrimoine mondial commun du couple.

  • Droit successoral

En cas de décès de l’un des associés, l’autre associé n’a pas de droits successoraux, sauf si un régime de l’indivision a été établi. Le partenaire décédé peut laisser la totalité de sa succession au partenaire survivant s’il n’y a pas de descendants ou d’ascendants. Le partenaire restant peut bénéficier d’exonérations et d’abattements fiscaux. Note : Il est recommandé d’obtenir un avis juridique ou de consulter un notaire.

  • Propriété

Dans le cas d’un bien loué, le partenaire survivant se voit automatiquement accorder le bail lui permettant de continuer à y vivre. Lorsque les biens appartiennent à l’associé décédé, l’associé survivant peut continuer à y vivre pendant un an, quelles que soient les règles de succession.

  • Enfants

Les parents peuvent choisir le nom que l’enfant portera, s’ils ont un PACS, s’ils sont mariés ou s’ils vivent ensemble. Lors de l’enregistrement de la naissance, les parents peuvent choisir si l’enfant aura le nom du père, de la mère ou des deux. Le choix du nom de famille doit faire l’objet d’une déclaration conjointe lors de l’enregistrement de la naissance. Le nom sera le même pour tous les enfants que le couple peut avoir par la suite (généralement, en l’absence d’une déclaration conjointe, l’enfant portera le nom du père). À l’heure actuelle, l’adoption et l’insémination artificielle ne sont accessibles qu’aux couples hétérosexuels.

Catégories : Actualités